images de nous
Jour 15 - 26 novembre: Visite de Saigon

 

Arrivés à Saigon hier en soirée, dans une chaleur étouffante, nous n'avons vu la ville qu'éclairée par les néons.

Pour avoir une meilleure idée de la ville, ce matin nous rencontrons Tiep qui sera notre guide pour la dernière portion du voyage, dans le sud du Vietnam. Il fait déjà très chaud à 8h30 mais contrairement aux journées précédentes au centre du pays, c'est ensoleillé, il faut donc obligatoirement porter le chapeau même si c'est peu élégant en ville! Premier arrêt, le quartier Cholon, en quelque sorte le quartier chinois de la ville, un peu à l'écart du centre ville, dans les 5e et 6e arrondissements. Nous marchons dans les rues très animées du quartier jusqu'au marché Binh Tay, dont la toiture est en réparation, ce qui fait que des installations temporaires ont été érigées pour permettre aux marchands de tenir boutique. Nous parcourons les très étroites allées où on vend de tout, des plats de plastique, des vêtements, de l'électronique, de la nourriture. Comme il est tôt, des commerçants mangent une pho en attendant que la journée démarre. Ça sent bon! On achète du poivre, moins qu'on voudrait parce que c'est quand même lourd dans les bagages. Parmi les items qui nous intriguent, des hippocampes séchés et des vessies natatoires séchées! Dans les stands au pourtour du marché, on trouve beaucoup de décorations de Noel, ce qui nous paraît parfaitement incongru, des chaises en plastique de tous genres et des tapis gazon pour tous les goûts! Nous progressons à l'ombre, lentement, déjà complètement détrempés par la chaleur et l'humidité.

Histoire de se mettre un peu à l'ombre, nous visitons la pagode Thien Hau, un temple taoiste dédié à la déesse de la mer, construite par les commerçants chinois vers 1760, agrandie et restaurée plusieurs fois jusqu'en 1916. De superbes figurines de porcelaine forment des dioramas en bordure du toit.

En nous rendant au Palais de la réunification (Dinh thong Nhat), nous voyons partout des publicités pour le black friday, signe incontestable que le Vietnam est bel et bien entré dans l'enfer de l'économie de marché! Nous restons derrière la grille pour observer l'architecture du palais, construit originalement en 1873 pour le roi du Cambodge par les autorités coloniales. En 1955, après les accords de Genève, le palais fut cédé au premier ministre vietnamien et utilisé comme palais présidentiel par la suite. Endommagé par des bombardements, il sera démoli et un nouvel édifice sera construit au même emplacement, conçu par l'architecte Ngo Viet Thu. C'est un très bel édifice, de facture assez moderne bien qu'il ait été bâti il y a plus de cinquante ans. Nous ne faisons pas la queue pour visiter l'intérieur de ce qui est désormais un site historique et marchons plutôt le long du parc qui mène à la cathédrale Notre-Dame, construction qui détonne pour dire le moins dans le paysage. Tous les matériaux pour sa construction, achevée en 1880, ont été importés de France! Juste en face de la cathédrale, nous entrons à la Poste Centrale, bel édifice colonial aussi, qui a conservé sa vocation initiale même si c'est un peu désuet aujourd'hui. Toutefois, des guichets automatiques (atm) ont été installés dans quelques unes des anciennes cabines téléphoniques. La charpente métallique est impressionnante, conçue par Gustave Eiffel. Tout au fond, un grand portrait de Ho Chi Minh surplombe l'horloge. À pas très lents, nous marchons ensuite sur les belles avenues à la mode jusqu'à l'hôtel de ville, puis l'hôtel Continental dont les beaux balcons blancs font face à l'opéra. De presque partout nous pouvons apercevoir la tour Bitexco munie d'un skydeck où on peut monter, pour 10$us, profiter de la vue sur la ville. Nous n'avons pas l'intention d'y grimper puisque nous pouvons profiter d'une piscine et d'un bar sur le toit de notre hôtel, au 12e étage, d'où la vue est tout aussi belle!

Nous visitons ensuite le temple Ngog Hoang ou de l'empereur de Jade, pagode taoiste et bouddhiste construite par la communauté chinoise au début du 20e siècle. Curieusement, on a l'impression qu'il fera frais à l'intérieur de ses temples mais finalement on y a plus chaud encore qu'à l'extérieur car c'est très humide et l'odeur de l'encens qui brûle avec ces températures élevées ça ne fait pas très bon ménage. Le temple est orné de très belles statues de bois et en montant à l'étage, nous sortons sur un balcon qui surplombe la cour, ce qui nous permet de prendre un peu l'air et d'avoir une vue sur les alentours.

 

Nous lunchons ensuite au cyclo resto où l'excellente bouffe et deux bières glacées nous rassasient complètement! Un peu ramollis par le gros lunch, les bières et la chaleur surtout, nous partons visiter le musée des vestiges de la guerre. Ouvert le 9 avril 1975, ce musée s'appelait à l'origine "The gallery of American crime". Éventuellement, avec le nombre grandissant de touristes américains au Vietnam, on a jugé bon de le rebaptiser de manière un peu plus neutre. Comme les salles sont climatisées, nous y avons passé quand même pas mal de temps! La majeure partie de l'exposition consiste en photos, notamment prises par des journalistes dont plusieurs sont morts au champ de bataille, ainsi que des photos d'enfants vivants avec les séquelles de l'agent orange. Il y a aussi quelques armes derrière une vitrine et dans la cour, à l'extérieur, une panoplie de tanks et d'hélicoptères et des reproductions des cellules où étaient gardés les prisonniers de guerre. Dans l'ensemble, le musée nous a laissés perplexes. Nous nous attendions à une "glorification" des héros de la révolution, les guérilleros du sud qui combattaient, avec leurs alliés du nord, les Américains qui voulaient empêcher la réunification du pays, d'autant plus que le régime est toujours en place depuis. Au contraire, le contenu est très axé sur les Américains, qui sont majoritairement "en vedette" sur les photos. Nous avions lu que l'exposition était très partiale et très anti-américaine, ce n'est pas du tout l'impression que nous avons eue, et la propagande communiste y est presque complètement absente, ce qui nous a beaucoup surpris. Il est vrai que le point de vue n'est pas complet, au sens où on ne voit presque pas la période de la guerre contre les Français, mais comme notre guide nous a accompagnés dans la première partie de la visite, nous avons eu beaucoup d'explications ce qui a augmenté l'intérêt de la visite. Quand nous sortons du musée, nous buvons avidement les bouteilles d'eau glacées qui nous attendent dans la voiture et en arrivant à l'hôtel nous n'avons pas le courage de ressortir dans la chaleur et soupons dans la chambre, qui offre quand même une belle vue sur la ville.